Qu’est-ce que l’équilibre énergétique ?

Avant de définir l’équilibre énergétique, il faut comprendre ce qu’est le métabolisme. Le métabolisme est l’ensemble des processus chimiques qui ont lieu dans le corps. Ceux-ci servent à se maintenir en vie, à se développer, à se reproduire, etc. Dans la nutrition, le métabolisme concerne plus particulièrement l’alimentation et le développement des tissus corporels. L’essentiel de l’utilisation des calories sert à assurer le fonctionnement du corps. Ceci correspond au métabolisme de base. Toutes les autres activités constituent des dépenses énergétiques supplémentaires.

L’équilibre ou balance énergétique

Il est important de comprendre combien de calories consomme notre métabolisme. Lorsque le corps a juste assez ou plus d’énergie que nécessaire à travers l’alimentation, il n’a pas besoin d’aller puiser dans ses réserves de graisse. Au contraire, lorsque la nourriture consommée ne suffit pas à couvrir nos besoins, le corps brûlera ses réserves de graisses pour compenser le manque (voire du muscle).

C’est le principe numéro un à respecter dans tout régime alimentaire, qui prévaut sur tout le reste. Mais qu’est-ce au juste que cet équilibre énergétique ? Il s’agit simplement du rapport entre l’énergie que l’on fournit au corps et l’énergie que celui-ci brûle. En fonction de ce ratio, on prend, perd ou stabilise son poids. On peut imaginer que l’équilibre énergétique fonctionne comme un compte en banque :

  • Si l’on met plus d’énergie sur son compte que l’on en dépense, on crée un solde positif ou « surplus énergétique ». Quand c’est le cas, le corps stocke une partie de ce surplus en graisse corporelle. Il met de « l’argent » de côté.
  • Si l’on met moins d’énergie sur son compte que l’on en dépense, on est à découvert et on crée un solde négatif ou « déficit énergétique ». Pour revenir à l’équilibre, le corps va débloquer de l’énergie stockée dans ses réserves de graisses. Il va piocher dans son « épargne ». Ces « économies » lui servent à se maintenir à flot en période de disette.

Il s’agit donc d’un procédé qui respecte le premier principe de la thermodynamique. En gros, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». L’équilibre énergétique n’est pas une théorie ou une croyance, c’est un fait scientifique. Tout est donc une question d’équilibre entre ce que l’on mange et l’énergie que l’on dépense.

L’équilibre énergétique et l’activité musculaire

Si on stimule suffisamment ses muscles, deux cas de figure sont envisageables. En cas d’excès d’énergie une part de celle-ci servira à les réparer et à en construire davantage (on parle d’anabolisme musculaire dans ce cas). En cas de déficit énergétique, le corps va tenter au maximum de les réparer et de les protéger. Donc, pour perdre du gras, il faut brûler plus d’énergie qu’on n’en consomme, et pour prendre du muscle, il faut consommer plus d’énergie qu’on n’en brûle.

Il est indispensable de stimuler ses muscles au travers d’activités physiques et sportives. Sans cela le corps aura tendance à piocher également dans la masse musculaire pour combler le manque d’énergie. De manière simplifiée, le corps se débarrasse du muscle car il « coûte » de l’énergie au repos. Le muscle constitue de surcroît une excellente source de carburant et n’est pas vital au-dessus d’un certain seuil. Par conséquent, si on ne le stimule pas, le corps se sentira « autorisé » à se débarrasser du superflu.

Ceci va alors faire baisser la masse musculaire, et on brûlera donc moins d’énergie au repos et pendant toutes les activités physiques. On peut alors rentrer dans un cercle vicieux où, malgré des privations de plus en plus grandes, on n’arrive pas à perdre efficacement du gras. Sans compter qu’un physique légèrement gras et très peu musclé (connu sous le terme de « skinny fat ») est rarement celui que l’on recherche, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes.

Résumé du principe de l’équilibre énergétique

En clair, si l’on grossit, c’est que l’on mange trop. Si l’on maigrit, c’est que l’on ne mange pas assez. Mais attention, on peut très bien grossir en prenant plus de muscle que de graisse et perdre du poids en perdant beaucoup de muscle. Si prendre 5 ou 10kg de muscle peut être satisfaisant, prendre 10 kg de graisse l’est beaucoup moins. C’est là que les aliments consommés et leur composition jouent un rôle important.

A partir du moment où l’on mange et jusqu’à plusieurs heures après le repas, une abondance d’énergie arrive et est utilisée pour faire fonctionner le corps. S’il y en a trop, elle est stockée. Quand ce processus est terminé, le corps utilise ses réserves comme source d’énergie pour continuer à fonctionner. Ainsi, sur une période de 24h, l’organisme brûle et stocke du gras alternativement. A la fin de la journée, si on stocke plus d’énergie que l’on en brûle, on prend du poids, sinon, on en perd.

 

Pour optimiser ses gains ou sa perte de poids, il faut commencer par comprendre comment fonctionnent le métabolisme de base et la dépense énergétique journalière.